Photographe de rue en manque d’inspiration

Photographe de rue - Lille - photographie noir et blanc - stage et cours photo noir et blanc

Kodak TMAX 400

Malgré la fatigue et un mal de dos lancinant, je pars, plein de bonne volonté, le boîtier argentique chargé en Kodak TMAX 400. On est en automne. La grisaille et la douleur n’entament pas ma motivation. J’avance au hasard. Je vais de rues en ruelles, de places en places, mais rien n’attire mon regard. Rien ne justifie de gâcher de la pellicule. Deux heures plus tard, je n’ai pris aucune photo. C’est frustrant car l’envie est là, mais pas le sujet. Je ne suis pas inspiré, c’est un jour sans.

Pourtant, si je faisais un effort, si j’observais attentivement ce qui se passe devant moi, je devrais pouvoir saisir des dizaines de scènes de vie. Il me suffit de bien me placer, d’attendre le meilleur moment pour déclencher et les images sont sur le film. Ce n’est pas très compliqué.

Malheureusement, je ne suis pas réceptif à ce qui m’entoure et je ne m’attends pas à un miracle au coin de la rue. Le mental et le physique ne sont pas de la partie. Je traîne les pieds. Je n’ai fait qu’une seule image. J’abandonne.

Ce-jour là, j’avais envie de déclencher, mais je ne voyais pas. L’inspiration dépend aussi de la forme physique et du moral.

photographe argentique

Je suis nostalgique de la photo numérique

Cela fait plusieurs mois que je n’ai pas touché à un reflex numérique et ça me manque.

Le sevrage m’a pourtant fait du bien. J’ai enfin retrouvé mon instinct de photographe. Je n’ai plus à me préoccuper des menus troubles et des histogrammes qui ne servent à rien si on réfléchit bien. Je redécouvre l’acte photographique dans toute sa simplicité et son efficacité. La scène qui se déroule sous mes yeux dans le viseur m’intéresse plus que les images sur le petit écran arrière. Je m’étais aussi débarrassé de cette dépendance au développement numérique. Le traitement des images est un passage quasi obligé qui m’a fait perdre beaucoup de temps au détriment de la prise de vue. Quant à la course effrénée aux nouveautés technologiques et les dépenses ruineuses qui en résultent, c’est terminé. Mes boîtiers argentiques me suivent depuis des dizaines d’années et sont largement rentabilisés.  Lire la suite

Pourquoi l’argentique ? Clara, 17 ans, témoigne.

Pourquoi ont-ils choisi l’argentique ? J’ai demandé à des photographes amateurs d’expliquer les raisons de leur choix.

Les photos argentique de Clara 17 ans

Le témoignage de Clara :

Lire la suite

La photo argentique avec un reflex autofocus

Photographie avec un reflex autofocus argentique

Prise de vue argentique avec un reflex Canon EOS 30

Vous souhaitez vous mettre à la photo argentique mais vous ne savez pas quel type d’appareil choisir. Le reflex autofocus est peut-être fait pour vous.

Pratiquer la photo argentique avec un reflex, c’est rassurant. La mesure de la lumière et l’autofocus sont aussi performants qu’en numérique. Si vous ne vous sentez pas de taille à affronter les subtilités du tout manuel d’un vieux boîtier, le reflex argentique est l’outil qu’il vous faut. Que ce soit un Pentax, un Minolta, un Nikon ou un Canon, le reflex argentique offre les mêmes possibilités qu’une boîte à pixels.

Lire la suite

Scan d’un négatif couleur : contrastes et saturation

Agfa Ultra 100 numérisé - pellicule photo argentique - blog photo argentique

Agfa Ultra – 100 numérisation du négatif

Même les pellicules photo argentiques défraîchies peuvent être numérisées.

Si la pellicule à numériser a subi les assauts du temps et semble avoir perdu toute saturation des couleurs et le beau contraste de ses premiers jours, ne soyez pas désappointé. Il existe des solutions. Pour y remédier, un travail  minutieux par l’intermédiaire d’un scanner film permet de récupérer des couleurs et du contraste. Il est aussi tout à fait possible de faire disparaître ou d’atténuer une dominante de couleur trop prononcée en rééquilibrant le dosage des courbes RVB.

Lire la suite