Le défi du club photo: photographier des instants de vie

scene de vie dans la rue photo nb argentique kodak tmx lille

J’ai accepté de participer à un projet photographique initié par le club photo de ma ville. Il s’agit de photographier des « instants de vie » dans la commune.

Ce n’est pas un thème facile. Photographier les gens dans la rue demande une certaine audace. J’en parle en connaissance de cause. J’ai maintenant une dizaine d’années de pratique et malgré cela, dans certains cas, je suis encore obligé de me faire violence. J’essaie de me faire le plus discret possible. Je porte des couleurs sombres. Je place tranquillement le viseur devant mon oeil. Je cadre au mieux et je déclenche une seule fois. J’évite de viser trop longtemps la personne pour ne pas être repéré mais aussi pour ne pas déstabiliser cette personne. Cependant, j’ai encore parfois quelques hésitations.

Photographier « des instants de vie » diffère un peu de la photographie de rue. En « street photography », le style compte énormément. Certains photographes jouent avec les ombres et les lumières. D’autres s’appliquent sur l’aspect graphique et le placement des personnes, un genre photographique que Cartier Bresson orchestrait savamment.

Un « instant de vie », c’est différent. La photo doit raconter une histoire. Elle peut soit traduire une émotion, soit dévoiler un instant privilégié entre deux êtres, soit montrer une personne dans une activité. Il faut qu’il se passe quelque chose dans cette photo, qu’il y ait de la vie. Un « instant de vie » n’a rien à voir avec des passants qui se croisent dans la rue. Et photographier une personne de dos immobile devant un arrêt de bus n’a aucun intérêt dans ce contexte. Par contre, une personne âgée donnant à manger aux pigeons, une mère offrant une glace à son gamin, oui. On se situe plutôt dans le registre de la photographie humaniste.

BW - Street photo

Pellicule Kodak TMAX

Si on veut faire passer une émotion, il est nécessaire d’être proche de son sujet. C’est une difficulté de plus à surmonter. Je connais des photographes qui préfèrent employer une longue focale, un zoom pour photographier de loin. L’impact n’est pas du tout le même. Quand on regarde une photo prise avec un zoom, on remarque bien la distanciation, la photo volée. Avec une focale courte et à moins de deux mètres du sujet, le spectateur a le sentiment d’être avec la personne photographiée.

Je prends régulièrement des photos dans la rue. Mais elles ne correspondent pas pour autant au thème sur lequel le club photo souhaite nous faire plancher. J’ai commencé à travailler sur le thème du club photo et je ne suis pas content de moi. Je n’ai pas encore fait développer les négatifs, mais je sais déjà que je ne serai pas satisfait du résultat. Je n’ai pas encore su trouver cette étincelle de vie. Réussir une photo prise dans la rue, même si elle est irréprochable sur le plan technique, même si elle est très esthétique, ce n’est pas suffisant pour parler « d’instants de vie ». Les photographies présentes dans ce billet peuvent être classés dans la catégorie street photography mais je ne les proposerai pas dans le cadre du club photo.

Contrairement à ce que pensent certains photographes, il est plus facile de pratiquer la macro ou la photo de paysage. Dans la nature, nous avons le temps de construire une image et nous ne subissons pas le stress de l’instant décisif. Je suis convaincu que ce thème, « instants de vie », constitue un vrai défi.

Spectacle de rue - noir et blanc argentique

Pellicule Ilford HP5

20 réactions sur “Le défi du club photo: photographier des instants de vie

  1. Je suis rassuré de lire que même après 10 ans de pratique l’hésitation est toujours là. Par contre je n’ai pas bien saisi les réflexions de ton club photo. Les gens n’adhèrent pas à ta démarche?

    • Certains photographes pensent qu’une personne en train de téléphoner peut faire l’objet d’un instant de vie. Je ne suis pas d’accord. D’autres imaginent que ce thème est plus facile que tout le reste. Ca se discute.

      • ha oui je comprends mieux. Je suis d’accord, il faut que la photo raconte une histoire pas être une simple documentation du réel. Pas facile. Je pense en avoir une ou deux seulement dans mes photos de rue.

  2. C’est sans doute le plus dur effectivement. Il faudrait passer des heures dans la rue pour tout observer et saisir le bon moment. Et oser. Et se faire violence. Pas si simple. Bonne chance pour ton projet. J’espère qu’on verra les images. 🙂

    • Merci Pastelle.
      Je ne suis pas sûr d’y arriver. Effectivement, s’il ne se passe rien, cela ne donnera rien. J’habite une petite ville et on rencontre peu de monde en semaine. Le dimanche matin, c’est mieux. On ne peut pas non plus passer des heures à attendre l’instant magique. C’est un luxe que l’on ne peut pas s’offrir malheureusement.

  3. Reflexions très intéressantes. Je ne peux que partager. En tant que débutant dans le domaine de la photographie de rue je mesure le chemin qu’il me reste à faire. En particulier approcher les gens au plus près est la chose la plus difficile comme tu le soulignes très justement.

    J’aime bien ta première photo, elle illustre parfaitement le thème « instant de vie ». On y lit la complicité des personnages.

  4. Je comprends tout à fait le défi : ça fait 2 ans que j’essaie de capturer « un instant de vie » avec mes proches sans que ça ait l’air d’une snapshot. Ce n’est pas facile car eux-même devaient s’habituer à se faire photographier et réussir à m’oublier. La difficulté n’est que quintuplée pour le Street !! Tu as pourtant réussi avec brio surtout dans la dernière non ? Je viens de voir une super photo de Lucian Olteanu. Il ne se passe pas activement quelque chose mais le point de vue pourrait peut-être t’inspirer puisqu’il a de grande qualité de storytelling ?

    • Quand il s’agit de photos de rue, Je photographie des inconnus. Concernant les proches, je prends des portraits.
      La photo que tu suggère est vraiment très bien. Par contre, elle ne me raconte pas une histoire. Elle est bien composée et bien exposée, mais je ne la rangerait pas dans un instant de vie.

  5. ‘Alala je rêve qu’il y ait un club photo dans ma ville à moi aussi! :). En tout cas c’est tout à fait un thème qui me plairais, d’ailleurs c’est le titre de mon blog car pour moi la photographie c’est tout à fait ça, capturer des moments de vie, uniques :). J’aime particulièrement la dernière, les traits des sujets, les sourires, l’ambiance joyeuse, gaie est très bien retranscrit :).

  6. Bonne chance pour ton projet! J’ai bien aimé la nuance que tu as apporté à la street photography. Peu de gens l’ont capté!.

    Ensuite effectivement, il y a tellement de personnes qui pensent qu’une simple photo prise dans la rue suffit amplement. Mais là, je dirais que c’est pareil partout. Tellement de photos de paysage et de macro médiocres. Là encore il ne suffit pas de prendre une bêbêtte de près pour s’affirmer photographe macro.

    Sinon en pratique entre le courant humaniste et le courant contemporain, cela ne change pas vraiment grand chose. C’est mon impression. La nuance pratique concerne « juste » les éléments et le sujet retenu pour construire l’image. On ne retient pas les mêmes choses mais on procède sensiblement de la même manière. En outre, il n’est pas rare, et même très fréquent, qu’une photo appartiennent aux deux champs.

    Bonne continuation !

  7. Quand on cherche des articles de fond sur la photographie de rue sur google, on retombe toujours sur les mêmes fondamentaux 🙂 Bel article et belles photos. La dernière est tout simplement merveilleuses.

  8. A mon avis tu peux classer la dernière dans la catégorie instants de vie, ça serait amplement justifié. D’après toi, qu’est ce qu’elle n’a pas pour être classée dans cette catégorie ?
    Je l’aime beaucoup.

  9. Merci pour se petit billet. Je n’ai pas encore eu le culot de me lancer dans la chose, je me démandai justement comment m’y prendre avec des inconnus mais je vois qu’il n’y as pas de solutions il faut oser.

    • Une fois le pas franchi, on y prend goût. C’est même grisant. Le principal est de commencer lors de manifestations publiques, spectacles de rues. Sinon, quand on engage la conversation, on arrive plus facilement à obtenir le portrait d’un inconnu.

  10. Pingback: Photos en vrac sur pellicule | Histoires de photos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s