Comme un animal en cage

Photographier au zoo

Canon EOS 10D – Objectif Canon EF 85 mm – Zoo d’Anvers Août 2005

J’ai accepté une commande urgente de tirages Fine Art en noir et blanc pour l’expo d’un photographe.

J’en suis ravi. Malheureusement, je me retrouve coincé à imprimer des 30×40 en continu alors que la lumière est magnifique ce matin. Je suis comme un fauve en cage qui enrage de ne pas pouvoir aller chasser. Je ne dois pas me plaindre car c’est une commande importante, mais c’est toujours pareil, c’est quand le ciel est beau qu’il faut rester au boulot.

Je me rattraperai ce soir en allant dans le Vieux Lille. J’espère bénéficier d’une belle lumière. J’ai quelques pellicules noir et blanc à terminer.

La photo du dimanche : photographie de rue en couleur

expo voitures street color

Longtemps influencé par les couleurs saturées du film Fuji velvia 50, j’essaie de retrouver le même style d’image avec le reflex numérique.

Ce matin, j’ai pris cette photo avec le 550D et le 17-40 F4 L. J’avais emporté à la fois un reflex argentique équipé du 50 mm F1,4 et le numérique. En général, j’évite de faire ce genre de chose. Je n’aime pas mélanger les styles d’images sur le terrain. Avec le numérique, je me laissais guider par les couleurs alors qu’avec le reflex argentique je cherchais plutôt les détails et les portraits.

Lire la suite

Street photography : acteur de rue

Spectacle de rue - noir et blanc argentique -

Pellicule Ilford HP5

Paysage de Flandre en noir et blanc

paysage de la Flandre en noir et blanc

Pellicule Rollei Retro 100 scannée.

Cartes postales anciennes dans le futur

carte postale ancienne photo

Canon EOS 30v – 50 mm F1,4 – Pellicule Ilford HP5

Je ne suis pas un collectionneur. A part quelques livres de grands photographes, je ne collectionne rien. J’avoue tout de même être fasciné par les cartes postales anciennes. C’est vrai que les vieilles photos de rue éditées en noir et blanc sur cartes postales, avec les costumes d’époque et les vieilles automobiles, ont un certain charme.

Je me demande si nos cartes postales contemporaines auront autant d’intérêt aux yeux des collectionneurs du futur. Seront-ils nostalgiques en revoyant les images de notre mode de vie des années 2000 ? Auront-ils le même engouement pour nos photographies quand le monde de l’image aura depuis longtemps basculé dans la 3D ?

Les cartes postales papier, telles que nous les connaissons aujourd’hui, n’existeront certainement plus dans les boutiques de souvenirs. Les futures générations enverront des hologrammes de leurs vacances aux grands-parents et collectionneront les éditions papier les plus rares.

Certains marginaux auront peut-être la chance de posséder un reflex Nikon archaïque ou un Canon hors d’âge qui fonctionnera encore. Les jeunes seront étonnés devant cette boîte encombrante qui ne répond pas aux impulsions cérébrales et dont les images doivent d’abord transiter par un ordinateur personnel avant d’en faire profiter les amis sur les réseaux sociaux.

Je ne sais pas ce que sera la photographie dans 20 ou 30 ans. Parlerons-nous encore de photographie ? En attendant, je prends ma besace et mon boîtier argentique. Il y a encore quelques spectacles de rue à photographier avant l’arrivée de l’hiver. Je vais tâcher de m’appliquer sur la mise au point cette fois-ci. Ma bonne vieille boîte à images n’a pas d’autofocus.

Problème de timing : déclencher en retard

noir et blanc argentique

Déclenchement trop tardif – PentaxP30n – Objectif 28 mm F2,8

Voilà un exemple de ce qu’il ne faut pas faire en photographie de rue : se précipiter.

Je voulais prendre cet endroit en y intégrant des passants pour que la scène soit vivante et remplir le cadre. J’ai vu le cycliste au dernier moment et j’ai déclenché. Il aurait fallu anticiper la prise de vue et attendre que le cycliste se positionne sur la partie droite de la photo, quitte à couper un peu. Résultat, l’homme a vélo se confond avec les passants en arrière-plan.

Il n’y avait rien d’extraordinaire dans cette scène, j’avais le temps de composer mon image, de choisir mon cadrage et laisser venir les figurants. Si vous aimez les cas de figures tels que celui-ci, je vous publierai d’autres billets sur ce qu’il ne faut pas faire en photo.