Photo artistique : maîtrisez le flou

Noir et blanc argentique

Un vieux monsieur donnait à manger aux oiseaux au bord du canal. Malgré ma présence, une mouette plus audacieuse que les autres tournoyait autour du repas. Je suis resté là sans bouger, attendant le moment propice pour déclencher.

J’avais choisi mon cadre à l’avance. Je visais les marches et la mise au point était faite sur les miettes de pain déposées par le bienfaiteur. J’attendais que l’oiseau entre dans mon cadre. En orientant la caméra vers le bas, je pouvais créer un contraste fort entre la blancheur de l’oiseau et les teintes sombres de l’eau. Mais surtout, les zones presque noires obligeaient l’appareil à descendre en vitesse basse.

Ici, j’étais équipé en argentique, un 24X36 semi auto. La pellicule est un négatif noir et blanc 100 ISO.

L’appareil fonctionne en mode priorité ouverture. Ce qui signifie que vous choisissez un diaphragme et le boîtier détermine la vitesse. J’ai donc fermé le diaphragme à F16, ce qui a donné une vitesse d’environ 1/30.

Une vitesse lente permet de créer des flous intéressants. N’hésitez pas à photographier en dessous du 1/60. Pour obtenir ce type de flou, évitez de bouger. Si vous avez la tremblotte, posez votre appareil, utilisez un monopode ou un trépied.

Autres articles qui pourraient vous plaire :

Une réaction sur “Photo artistique : maîtrisez le flou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s