Plusieurs façons d’interpréter une image en noir et blanc

6 commentaires

Beaucoup de photographes cherchent à améliorer le rendu de leurs images en post-traitement.

Pour un photographe averti, une photo numérique est rarement définitive dès la prise de vue. Ceux qui disposent d’un logiciel de traitement d’images tel que Gimp, Paintshop, Photoshop ou encore Lightroom (pour les experts) ne se contentent pas de l’image brute sortie de leur appareil photo. C’est encore plus vrai pour les images en noir et blanc.


Pour obtenir une photo noir et blanc avec un appareil numérique, nous avons le choix de convertir l’image dès la prise de vue ou après, sur un ordinateur.

Quand il fait nuit et que le sujet est faiblement éclairé, par un lampadaire ou une bougie par exemple, je privilégie la conversion immédiate sur l’appareil photo et je n’hésite pas à monter en ISO, entre 1200 et 3200 ISO. Dans ce cas, je règle le reflex numérique sur monochrome en prenant soin de pousser le contraste et je choisis d’y ajouter un filtre dans le menu, en général le jaune.

Je n’ai pas eu à travailler l’image a posteriori et c’est tant mieux. Les possibilités qu’apportent les logiciels de retouche sont tellement infinies que l’on peut y passer ses nuits. Non seulement les méthodes pour transformer une photo couleur en noir et blanc sont nombreuses, mais il existe aussi plusieurs façons d’interpréter une image en noir et blanc. Car dans la plupart des cas, il ne suffit pas d’appuyer sur le bouton désaturation pour obtenir un noir et blanc plaisant. J’en ai encore fait l’expérience avec cette photo d’un moulin en Flandre.

Moulin de Boeschepe

moulin II

Je voulais absolument convertir ce cliché digital en noir et blanc. Je ne trouvais pas les bons dosages. Contrairement à ce que beaucoup pensent, une photo noir et blanc n’est pas constituée exclusivement de noir et de blanc. C’est la richesse des nuances de gris qui fait une bonne photo. Et c’est toute la difficulté : trouver la bonne densité de gris pour chaque zone.

Dans cette photo, c’est le ciel que je ne trouvais jamais assez bien, certainement trop influencé par le rendu argentique des pellicules noir et blanc. J’ai dû perdre au moins deux bonnes heures à essayer plusieurs solutions pour arriver à ce que je voulais. Après une dizaine de tentatives, j’ai retenu ces deux versions. Il existe des logiciels dédiés à la conversion des photographies en noir et blanc, mais je préfère passer plus de temps derrière le viseur de l’appareil photo que devant un écran d’ordinateur.

Concernant ces deux interprétations en noir et blanc, je vous laisse juge et critique.

6 comments on “Plusieurs façons d’interpréter une image en noir et blanc”

  1. je suis d’accord ,nous sommes pas arriver a un meilleur résultats qu’avec l’argentique noir et blanc.je t’invite a aller sur le site de l’EFET voir le blog .j’ai une petite expo de 9 photos sur les charbonniers en argentique,et si tu veux laisse un commentaire pour me dire ce que tu en penses.

    amities
    Roald

  2. La 1ère car cela m’attire moins l’oeil les zones foncées – en longue pose (avec les nuages), cela aurait été peut-être l’inverse 😉

    Pas évidemment le N&B je trouve aussi – dur de trouver les bons « dosages » [numériques] et tous les sujets ne se prédisposent pas je trouve au passage en N&B

    Egalement, j’ai l’impression que parfois, le passage en N&B est fait parce que le résultat en couleurs n’est pas bon [j’en fais parti mais assez rarement] 😉 quel est ton avis ?

    1. C’est justement ce que j’enseigne au club photo. Ne pas choisir le noir et blanc par défaut. Si la photo n’est pas terrible, mal exposée et les couleurs passables, il vaut mieux la supprimer . Personnellement, je conçois la photo en noir et blanc avec une pellicule argentique. Je choisis le noir et blanc pour sa grammaire, ses contrastes, ses alternances d’ombres et de lumières et pour la douceur et la richesse des gris.
      Les débutants pensent parfois que le noir et blanc est constitué de noir et de… blanc, hors c’est faux. Et toute la difficulté pour obtenir un beau noir et blanc argentique avec un logiciel c’est justement cette gamme de gris si délicate à reproduire.

    2. C’est justement ce que j’enseigne au club photo. Ne pas choisir le noir et blanc par défaut. Si la photo n’est pas terrible, mal exposée et les couleurs passables, il vaut mieux la supprimer . Personnellement, je conçois la photo en noir et blanc avec une pellicule argentique. Je choisis le noir et blanc pour sa grammaire, ses contrastes, ses alternances d’ombres et de lumières et pour la douceur et la richesse des gris.
      Les débutants pensent parfois que le noir et blanc est constitué de noir et de… blanc, hors c’est faux. Et toute la difficulté pour obtenir un beau noir et blanc argentique avec un logiciel c’est justement cette gamme de gris si délicate à reproduire.

      1. vrai que j’essaie personnellement de travailler *d’abord* sur les couleurs (contrastes & co) avant le passage en N&B

        je conseille les petits PDF pas chers de Craft & Vision qui regorgent d’astuces ou techniques sur le N&B, en 3 vol.

        http://craftandvision.com/books/the-magic-of-black-and-white-part-i/
        http://craftandvision.com/books/the-magic-of-black-and-white-part-ii/
        http://craftandvision.com/books/the-magic-of-black-and-white-part-iii/

        je ne sais plus lequel est le meilleur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.