Témoignage d’un Nikoniste belge passionné par le reportage photo

Aujourd’hui, je vous présente un photographe belge dont les photos de mariage m’ont tout de suite tapé dans l’oeil.

J’ai découvert le blog de Thomas Blariau après avoir remarqué ses photos de mariées sur Flickr. Mais Thomas ne se range pas dans la catégorie « photographe de mariage ». Ce qu’il affectionne avant tout, c’est le genre reportage.

Je parcours régulièrement son blog et je dois dire que j’aime son style. Thomas et moi, nous ne nous connaissons pas personnellement et pourtant je me sens proche de lui. Il n’a pas la prétention de donner des leçons de technique. Il met davantage en avant l’acte de photographie que la technique. Même si ses images paraissent simples, elles sont techniquement très réussies. Quand il photographie un couple de mariés, un évènement culturel ou les coulisses d’un circuit automobile, il s’investit complètement dans son travail.

Thomas Blariau est un photographe que vous allez apprécier, je n’en doute pas. Je lui laisse la parole :

Je m’appelle Thomas et je suis un photographe « amateur » bruxellois en passe d’en faire mon second métier.

J’ai touché mon premier appareil photo vers l’âge de 18 ans avec le Reflex Nikon argentique de mon père. Le prix demandé pour un vrai développement m’a fait mettre la photo de côté jusqu’à l’arrivée révolutionnaire du numérique. Achat d’un compact Canon avec un mode manuel (!) pour voir si j’accrochais toujours et, de fil en aiguille, j’en suis arrivé au Nikon D3 avec quelques focales fixes lumineuses (20-35-50-85).

Pourquoi Nikon et pourquoi rien que des fixes? Nikon pour l’ergonomie que j’adore depuis toujours et les fixes pour la qualité optique et leur luminosité ainsi que le fait qu’un fixe force à se bouger, à rentrer dans son Image (toute ressemblance avec un slogan Nikon…).

Worker @ Avenue Louise
Pour cette photo prise en allant au boulot, je suis allé me placer au milieu de la rue +/- bloquée. Au début, je suis resté sur le trottoir mais je n’aimais pas tout cet espace et, 85mm oblige, je me suis rapproché pour isoler l’action.


J’ai toujours aimé l’image (Cinéphile dans l’âme) et j’ai trouvé dans la photo le moyen d’assouvir un besoin, une passion.
Comme tout le monde au début, on teste, on se cherche et on touche à tout.
Que ce soit du portrait, de la macro, du concert, j’ai fini par trouver ma voie dans le reportage. J’aime saisir un instant, une émotion. Fixer le temps avec la lumière de l’instant.

Je suis un fan inconditionnel de James Nachtwey. Cette façon qu’il a de faire passer un message en une image me subjugue. Je vous conseille vivement la vision de « War Photographer », un documentaire lui étant consacré, une caméra fixée à son appareil photo…

Cet amour du reportage m’a amené à couvrir le mariage d’un couple d’amis, puis un autre, puis un autre, puis…
Je pense que je n’ai jamais autant appris que dans cette discipline (même si je ne me considère pas comme un » Photographe de mariage »en tant que tel).
En effet, on apprend à anticiper les choses, à jauger la lumière ambiante en temps record et à gérer son temps et son stress… Une excellente école même si il faut quand même être capable d’assurer sur +/- 15h et qu’on n’a pas le droit à l’erreur. Je me rappelle mon premier mariage ou j’étais tellement pas sûr de moi (totale inexpérience dans ce domaine oblige) que je suis rentré avec plus de 2000 shoots et complètement lessivé, j’ai mis 2 jours à m’en remettre…

Évidemment, qui dit « 2000 shoots incertains » dit « trop de temps passé à trier/hésiter sur 5 clichés semblables/… »
J’ai pour philosophie de ne rentrer chez moi qu’avec les photos que je garderais. Je préfère une photo réussie que cinq « on verra sur le PC, photoshop fera le reste ». L’arrivé du numérique a facilité l’accès à la photo et aussi à certaines dérives, Souvent on me montre des photos en me disant « Regarde, elle tue, t’as vu l’effet? ».
Et sans l’effet, que vaut-elle? Qu’apporte t’elle sans ses filtres et autres rattrapages?
C’est justement cette approche que j’aime dans tes photos, Fred. Ta photo est pensée à la prise de vue et n’a pas besoin de 35 effets pour « vivre ».

Malgré tout, le post traitement reste « obligatoire » dans la mesure ou le numérique permet de vraiment tirer le meilleur de ses photos et de leur donner un cachet perso. C’est un développement et chacun possède sa p’tite recette.
Personnellement, je travaille avec Capture One et applique une réglage de base. Je booste les contrastes/saturation et peaufine l’exposition (Je n’aime pas passer 15h devant mon écran).
J’essaye d’avoir un rendu naturel sur mes images, que les gens puissent se sentir présents en regardant la photo.

D’un point de vue photographique, j’essaye d’avoir une proximité, de rentrer dans la bulle de mon sujet. Je dépasse rarement les 50mm.
Sur un mariage par exemple je suis sur place le plus tôt possible pour ressentir l’ambiance et me faire accepter par la famille qui ne me connaît pas encore. Qu’ils s’habituent le plus tôt possible à ma présence. Le reste de la journée se déroule assez simplement : je me balade en électron libre. Saisir des fous rires, des instants uniques, des regards, …
Que le reportage soit vivant et dynamique.

Mis à part les photos de couple et de famille, il n’y a pas d’autres photos posées. En fait, je fonctionne comme j’aimerais que mon photographe fasse le jour de mon mariage. Libre et disponible jusqu’au bout (il n’est pas rare que je retrouve mon lit vers 3h du matin…)

Avec le temps, j’ai appris à ne prendre que le strict nécessaire. Pour éviter de trop me surcharger et tenir la distance, j’ai mes 4 focales fixes dans deux « lens cases » attachés à ma ceinture pour répartir le poids et avoir un accès rapide et le flash dans le sac.

Pour d’autres reportages, genre « manifestations », c’est exactement la même approche. Je me balade et je suis attentif. En fait, pour être honnête, je ne pense pas avoir une recette miracle. Il faut observer ce qui se passe et parfois attendre 2 sec que la lumière soit au bon endroit et/ou exposer en fonction. Le BA-ba, quoi !

Contre jour - spectacle de rue
Pour cette photo, je le voyais arriver de loin et comme j’étais à contre-jour, j’ai décidé de bien surexposer et d’inclure le soleil dans mon cadre. Il n’y avait plus qu’à attendre..

Je suis moins « portrait/fashion » mais j’ai du récemment faire une petite série à la demande d’un particulier souhaitant offrir un shooting à sa copine. J’ai un peu redécouvert le plaisir d’avoir le temps de peaufiner sa photo ! Préparation du modèle, discussion pour la mettre à l’aise et jeu avec les lumières disponibles. Je pense que je vais réitérer l’expérience sous peu. Certes, il n’y a pas l’excitation du reportage mais il y a le plaisir de faire une belle image composée, léchée…
Ce qui est marrant, c’est que c’est à cette séance au calme que j’ai vraiment réalisé que j’avais pris de l’expérience lors de mes couvertures de mariage…

Portrait couleur jeune femme
Jessica.

Pour résumer, je dirais que je suis un de ces innombrables photographes émergeant grâce au numérique et qui essaye d’avoir une philosophie argentique. J’aime l’image et j’essaye de le partager à travers mes photos et mon site.
Ce qui m’adviendra, seul l’avenir me le dira mais je fais en sorte qu’il soit celui que je me souhaite. Il est clair que se faire un nom, une réputation est de plus en plus difficile vu les talents qui apparaissent chaque jour. Je prends les choses comme elles viennent, en continuant à m’amuser et à découvrir des choses, des situations…
Mon plus grand rêve serait de signer un reportage photo pour le National Geographic.
Qui sait, un jour?

Encore merci à toi, Fred pour cette tribune libre et continue de nous régaler avec tes Histoires de Photos!

A bientôt,
Thomas

Le blog de Thomas Blariau.

<a href= »http://www.flickr.com/photos/londinium/5048353147/ &raquo; title= »Worker @ Avenue Louise de Thomas Blariau, sur Flickr »><img src= »http://farm5.static.flickr.com/4092/5048353147_de776c2ee3_z.jpg &raquo; width= »640″ height= »426″ alt= »Worker @ Avenue Louise » /></a>

Une réflexion sur “Témoignage d’un Nikoniste belge passionné par le reportage photo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s