Le Noir et blanc avec un compact argentique

Ilford Fp4 plus Mju II - jeunes filles allongées dans le parc

Disponible en tirage d’Art dans ma boutique

Un simple compact argentique pour un véritable noir et blanc.

Nul besoin de posséder un équipement de haut vol pour réaliser de bons clichés en argentique. C’est l’un des avantages sur le numérique. Les images au Rolleiflex sont certes magnifiques, mais pour faire de la photo de rue, du portrait ou de l’architecture, le 24×36 c’est pas plus mal. On en revient toujours au même, c’est pas le matériel qui… vous connaissez la suite.  

Quand je me suis offert mon premier compact argentique, un Leica Minilux, je n’osais pas mettre de négatifs N&B dans le compartiment. Je pensais que les petits argentiques n’étaient pas de taille et qu’il fallait pouvoir maîtriser parfaitement l’exposition. J’ai tout de même sacrifié une pellicule et je me suis rendu compte du potentiel de l’ outil. Les images me convenaient et l’appareil pouvait me suivre dans tous mes déplacements. Depuis, je n’hésite plus.

J’ai remplacé le Leica suite à une panne assez grave, par un Olympus Mju II . Il expose bien, son objectif fixe est redoutable, et il me permet de poursuivre ma série de photos de rue ou de la vie de tous les jours. Il est bien pratique aussi pour randonner léger et pour photographier discrètement.

Cette photo a été prise cet été avec ce petit compact Olympus Mju II et une pellicule Ilford FP4. C’est vraiment un appareil de poche que je vous conseille. Il est facile à manier et il est réputé pour son objectif de très bonne facture. Attention à ne pas confondre avec les versions zoom, moins performantes à mon goût. Vous pouvez trouver ce petit argentique sur Ebay aux alentours de 40 euros.

2 réactions sur “Le Noir et blanc avec un compact argentique

  1. Votre appréhension vis à vis du noir et blanc dans un petit compact m’amuse (ce n’est pas méchant c’est que je ne trouve pas un autre mot plus précis) parce que j’ai toujours lu ou entendu le contraire. Les photographes savent que le positif (diapositive donc appeler aussi inversible) est peu tolérant, par contre le négatif qui à une bonne réputation dans la tolérance, c’est le noir et blanc. Le négatif couleur aussi est tolérant, surtout les pellicules grand public, comme la Kodak Gold. Tout ça pour dire que personnellement j’aurais plutôt tendance à mettre du noir et blanc si je n’ai pas confiance dans la cellule d’un appareil ou si c’est un appareil mécanique sans cellule.

    • A l’époque, je ne photographiais qu’en négatifs couleurs avec le compact argentique. On ne peut pas réellement contrôler l’exposition avec ce genre d’appareil. Le négatif couleur amateur possède une tolérance incroyable à la surexposition. Le noir et blanc n’est pas aussi souple qu’on le croit. Puis dans les années 2000, j’ai recommencé à photographier en noir et blanc avec le Leica. Quel plaisir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s