Non, il n’y a pas de honte à recadrer ses photos

T- 433

Images 24 x 36 recadrées

Je connais des photographes encore attachés à la sacro-sainte idée du cadrage parfait et définitif dès la prise de vue. Les discussions houleuses et interminables à propos du respect du cadre de visée me fatiguent. Les photographes célèbres n’ont jamais caché avoir eu recours au recadrage. Ce qui compte, c’est ce que l’on offre à voir aux autres pas ce que l’on a su faire sur le terrain. Le perfect one shot est un mythe. Et le le dictat du filé noir, c’est terminé ( surtout depuis Instagram :D ). Il n’y a pas de honte à recadrer une image à posteriori.

Tri-X - 392

Certaines images fonctionnent mieux au format carré. Alors pourquoi s’en priver ? Mes photos sont réalisées en 24 x 36 mais cela ne m’empêche pas de procéder de temps en temps à un découpage radical quand elles sont bancales, quand elles laissent apparaître trop d’informations qui brouillent la lecture de l’image ou quand les espaces vides sont trop importants. Si la composition est plus équilibrée en recadrant, alors il ne faut pas hésiter. L’étape recadrage fait partie du travail du photographe au même titre que l’editing ou l’indexation. Il faut aller chercher ce qu’il y a de mieux dans l’image. Vous allez certainement me dire, l’idéal serait de cadrer au plus juste à chaque prise de vue. C’est vrai, mais honnêtement, ce n’est pas toujours faisable. Et puis, on ne voit pas systématiquement la meilleure option de cadrage au moment du déclenchement. Rares sont ceux qui peuvent prétendre obtenir des cadrages au scalpel à chaque vue, surtout en argentique et avec des focales fixes.

T- 435

Sur le terrain, je ne pense pas au format carré. L’idée me vient après lorsque je visionne les planches contact. Au lieu de rejeter les vues mal cadrées, j’essaie d’en sauver une partie dans Photoshop avec l’outil de découpe. Par contre, quand on aime vraiment le format carré, la solution la plus simple serait de s’équiper d’un appareil Moyen-Format. Oui, c’est le top et c’est surtout une autre vision de la photo, une autre dimension. Un 6×6 argentique de très bonne qualité comme les Rolleiflex, Hasselblad ou Mamiya reste encore cher pour le commun des mortels mais on peut mettre la main sur un Yashica Mat 124G à moins de 150 €. À moins de s’orienter vers un appareil en plastique à 30 € du type Holga 120 et d’apprécier les images un peu floues au rendu incertain, il n’y pas beaucoup de solutions à l’heure actuelle. Pour l’instant, je me contente de mettre au carré les photos prises au reflex.

 

Autres thèmes photos : Sauver ses négatifs sous-ex – Faut-il scanner ses tirages ou ses négatifs ? Moyen-format argentique : le Voigtländer Bessa III 667.

Photographies noires

FP4 - 232

J’aime les noirs profonds. Il me semble l’avoir déjà écrit ici quelque part. La noirceur de la nuit et le contraste des jours ensoleillés m’offrent cette densité que j’apprécie en photo argentique, surtout en noir et blanc. Ma compagne me reprochait gentiment de ne pas avoir d’images High-Key dans mon portfolio. Oui, c’est vrai, vous ne verrez pas de portraits ou de nus où la blancheur extrême domine. Les gris sont plutôt denses et les noirs plutôt marqués. Parfois un peu sombres et un peu sales, mes images ne sont pas du goût de tout le monde. J’essaie de me défendre en me disant qu’ils ne sont pas habitués à voir ce style noir et blanc, la faute sans nul doute aux images numériques dont le rendu monochrome blanchi et délavé manque cruellement de consistance.

Portrait TMAX 400

Évidemment, tout dépend des circonstances de prises de vue, de la luminosité et du sujet. Si je suis face à une scène fortement éclairée et comportant peu d’ombre, comme une plage déserte, je ne m’amuserai pas à noircir l’image en sous-exposant par exemple. Il faut tout de même respecter la lumière. Non, je vais plutôt chercher des lieux où la lumière du jour pénètre difficilement ou des moments de la journée où la faible luminosité rend les choses plus intimes. Vous l’aurez compris, je suis davantage attiré par les photographies Low-key, les ambiances obscures et les noirs charbonneux que les images aux gris uniformément clairs. Je suis tellement imprégné de ce style que je ne sais plus faire autrement. Mais je vais faire un effort.

Que faites-vous le dimanche matin ?

BW400CN - 193

J’aurai encore besoin de vous. Il me faut de nouveaux visages pour mes prochaines séances portraits. Je fais appel à vous, si vous aimez poser et que la photo noir et blanc rétro vous plaît. La séance se déroule en toute simplicité et avec très peu de matériel. Je travaille en toute discrétion et les prises de vues ne durent pas plus d’une heure et demie. En général, je propose un lieu dans le centre de Lille mais je peux me déplacer sur la région si vous connaissez un cadre qui sort de l’ordinaire. Inutile d’être mannequin top modèle, venez comme vous êtes, avec votre bonne humeur et votre naturel. Vous recevrez les images par internet une fois la pellicule développée. Je prévois de nouvelles séries de portraits en noir et blanc et en extérieur dans les jours prochains. Alors si vous habitez la région Nord Pas-de-Calais et que vous n’avez rien de prévu, contactez-moi.

Ruines – Photos argentiques sur Instagram

J’ai ouvert un compte Instagram. Le comble pour un photographe argentique qui s’énerve quand on lui parle de Téléphotomobile. Je ne sais pas encore si cet espace d’échange supplémentaire me sera profitable en termes de visibilité. Mais qui ne tente rien n’a rien. Apparemment, le site génère pas mal de visites vers les sites web des auteurs de blogs. Vous me direz certainement que l’appli est aujourd’hui incontournable. Jusqu’à présent, je n’en voyais pas l’utilité. C’est seulement lorsque je me suis rendu compte de la présence sur Instagram de photographes de mariage travaillant exclusivement en argentique que je me suis dit : « Pourquoi pas moi ? ». D’ailleurs le fournisseur Indie Film Lab, lui-même spécialiste américain de l’argentique, renvoie ses lecteurs sur Instagram. Je suis déjà présent sur Flickr, Facebook et Tumblr.

Murs de la vielle église monument historique Fuji Superia 200

Je n’ai pas encore décidé quel type de photos ira alimenter mon Instagram. Les premières images uploadées sont un beau mélange. Je verrai bien si j’y prends goût …

 

Un reflex Canon pro tombé du ciel

Canon EOS 3 reflex argentique pro

Je ne suis pas particulièrement chanceux. Mais cette fois, la chance m’a souri pour de bon. En fait, c’est surtout grâce à la générosité d’un photographe avec qui je suis en contact via Twitter. David Steiner m’a fait don de ce reflex argentique Canon EOS 3 dont il ne se servait plus. Équipé pourtant comme un professionnel ( ou presque ) en Canon, il a décidé de passer chez Sony. Il a donc revendu son reflex numérique 24 x 36 Canon EOS 6D ainsi que la totalité de ses objectifs y compris ceux de la série L. David a fait l’acquisition d’un Sony A7, un appareil photo assez novateur, puisqu’il est dépourvu de miroir mais possède un viseur électronique bien pratique. Par rapport au Canon 6D, il gagne en poids et apparemment en efficacité. David semble conquis par lAlpha 7 et sa décision de switcher de Canon à Sony s’avère être une bonne décision en ce qui le concerne.

EOS 3 et Kodak TMAX 100 - 414

Je remercie à nouveau David pour ce cadeau bien venu. Le Canon EOS 3 est comme neuf. Il me sera extrêmement utile, notamment lorsque je vais sur un shooting en extérieur. Je pourrai emporter deux reflex Canon, chacun équipé d’un objectif spécifique. Je ne serai plus obligé de monter et démonter sans arrêt les zooms, focales fixes et autres grand-angles. L’autre avantage, et pas des moindres en argentique, est de pouvoir travailler simultanément en couleur et en noir et blanc.

Tri-X - 399

A certaines occasions, je pouvais compter sur des amis et prévoir un boîtier argentique supplémentaire mais je n’aime pas abuser de la gentillesse des autres. Et tout le monde ne travaille pas avec un reflex. Un photographe tient à ma disposition un Zeiss Ikon avec objectif Leitz de 35 mm. Un autre n’hésiterait pas à me prêter un Voigtländer Bessa R3A couplé à un Nokton 40 mm F:1,4. Malheureusement, je n’ai pas l’habitude de travailler avec ce genre d’appareil. Passer d’une visée télémétrique à une visée reflex est perturbant pendant une séance portrait. D’autre part, ce ne sont pas les focales que j’utilise le plus.

Tri-X - 398

En parlant de focale fixe, je viens d’apprendre la sortie prochaine d’un 135 mm F:2 chez Samyang. L’objectif devrait être disponible en mars mais je ne connais pas encore son tarif officiel. Je sais que les produits Samyang sont très soignés et la qualité des images produites avec un 24 mm ou un 85 mm est remarquable, pour un prix tout à fait raisonnable. Habitué au traditionnel 85 mm, j’aimerais beaucoup tester le 135 en focale fixe. Même si je faisais déjà régulièrement des prises de vues avec le 70-200 F4 L monté sur mes reflex argentiques Canon, le style d’image est différent. La faible profondeur de champ sur un 135mm donne un flou d’arrière-plan intéressant et permet de travailler en basse lumière avec de pellicules de sensibilités moyennes.

Voilà, je m’intéresse à nouveau au matériel photo. Oui, je l’avoue, je n’arrête pas de prôner l’image plutôt que de parler matos mais David m’a remis sur les rails de l’équipement. Avec un Canon EOS 3 supplémentaire, j’ai envie d’investir dans de nouvelles focales et pourquoi pas un zoom. Pour l’instant, je vais avant tout m’occuper des piles pour faire fonctionner les EOS. J’ai repéré une offre sur la baie : un lot de piles 2CR5 neuves à très bon prix. Je vais en prendre un bon paquet, histoire d’être tranquille quelques années.