Séance photo avec Valéry

BW400CN - 199

Valéry, une étudiante originaire d’Argentine, m’a contacté parce qu’elle tenait à faire une série de portraits en noir et blanc. La séance s’est déroulée dans le centre de Lille. La luminosité était forte. Il fallait éviter les contrastes excessifs. Nous sommes restés à l’ombre la plupart du temps. Cela permet d’obtenir un rendu assez doux avec la Kodak BW400CN. De plus, je n’avais pas emporté de réflecteur pour contrebalancer la lumière. Je n’ai pas cherché d’effets en particulier. D’ailleurs je n’ai utilisé que le 50 mm.

BW400CN - 194
BW400CN - 182

BW400CN - 188

BW400CN - 204

J’aime aussi la couleur argentique

Kodak Portra

Séance portrait avec Delphine dans le parc Vauban à Lille

Je refais un peu plus de couleur en ce moment. Si je ne veux pas être catalogué comme photographe intéressé uniquement par le noir et blanc, il est nécessaire que je publie de temps en temps une série en couleur. Alors, je photographie les modèles aussi avec de la Kodak Portra. C’est la pellicule que je préfère pour le portrait couleur. Il faut dire qu’actuellement, la lumière est superbe et que j’aurais tort de me priver de ces belles couleurs à l’approche de l’automne.

Puisque l’on me pose la question, le matériel utilisé est le même que pour les photos en noir et blanc argentique. Ici en l’occurrence, il s’agit d’un objectif Canon EF 70-200 F4 L USM monté sur le Canon EOS 3.

Quelle tonalité choisir en noir et blanc ?

Monument aux morts - photo noir et blanc argentique - Vimy

Avant d’arriver sur le site de Vimy dans le Pas-de-Calais, un mémorial dédié aux soldats canadiens morts pendant la Première Guerre mondiale, j’avais l’intention de faire des photos très lumineuses. Il faisait vraiment très beau ce jour-là. Le ciel était clair. Je voulais retranscrire cette blancheur presque immaculée. Le soleil frappait le monument gigantesque avec force, à tel point qu’il était difficile d’observer la pierre blanche sans lunettes de soleil. Sur les marches, j’étais littéralement ébloui. J’avais prévu de la Kodak TMAX en 100 ISO, une pellicule appropriée pour ce type de scène, donc pas de souci de ce côté. Pour conserver cet éclat, il fallait être vigilant quant à l’exposition. Quand la pierre renvoie autant de lumière, la cellule est complètement à côté de la plaque. J’ai donc surexposé fortement.

TMAX100

 

Quand j’ai récupéré le négatif, j’étais moins convaincu par le rendu très lumineux. Toute la série autour du monument de Vimy était banale. Cela ressemblait exactement aux cartes postales que l’on trouve partout. Alors j’ai complètement revu ma façon de traiter le film. Je n’ai pas conservé la forte luminosité. J’ai basculé l’ensemble dans une tonalité de gris plus lourde. Mais pour en arriver là, j’ai dû numériser le film en sous exposition et augmenter la densité des gris moyens et foncés. Finalement, je préfère ce style d’image. Théoriquement, il faudrait décider d’un rendu sur le terrain et choisir le ton que l’on va donner aux photos dès la prise de vue. Mais là, j’ai fait l’inverse en corrigeant l’aspect en post-traitement. Mon idée de départ n’était pas la bonne. La prochaine fois, je penserai à varier l’exposition.

TMAX100

TMAX100 -

TMAX100

Rollei Rollei - 064Rollei -

Séance photo en noir et blanc argentique à Lille avec Julie

C’est Julie qui a choisi la gare St-Sauveur à Lille pour cette séance photo. Julie n’est pas modèle, elle avait juste envie de s’offrir des portraits en noir et blanc. Elle apprécie la photo argentique et m’a contacté suite à une annonce que j’avais postée sur Facebook. En voyant mes photos, elle s’est proposée de poser pour moi. Elle participait donc pour la première fois à une séance portrait en extérieur. Julie s’est montrée décontractée et se sentait en confiance. Pour une fois, j’ai complété les prises de vues en noir et blanc par quelques prises en couleur. En une heure à peine, les deux pellicules ont été utilisées. Voici un extrait de la série en noir et blanc.

Modèle photographe Lille 59 - Portraits noir et blanc rétro

La Kodak Tri-X 400 de septembre

Tri-X 385

Quand il s’agit de saisir des scènes de rue, je reste attaché à la Kodak Tri-X.

J’ai l’impression que nous sommes en train de vivre les dernières belles journées de la saison. Cette belle lumière douce de septembre me donne envie de reprendre la photo de rue. J’ai consacré beaucoup plus de temps aux portraits ces dernières semaines. J’enchaîne les séances avec des familles et des modèles et le reste du temps, je le consacre à la numérisation des négatifs. Les scènes de rue me manquent. J’ai heureusement encore quelques pellicules Kodak Tri-X 400 dans la besace. C’est une pellicule qui m’a toujours réussi. Il faut en profiter avant de passer à une ambiance moins chaleureuse. Bientôt, on ne pourra pas échapper au brouillard et à la pluie. Ce sera un autre type de photos. De toute façon, avec la Kodak Tri-X, on peut tout faire.

Photographies à encadrer

Faire des photos, c’est bien. Les partager, c’est bien aussi. Les imprimer, c’est mieux. Je suis de l’ancienne garde. J’estime que l’on ne peut vraiment apprécier une photographie qu’en l’imprimant, surtout sur un beau papier. L’idéal, c’est l’encadrement. Pour moi, il n’y a rien de tel qu’un tirage sur papier baryté accompagné d’un passe-partout.

Séance portrait avec Delphine

Portrait noir et blanc argentique - Citadelle de Lille

J’ai eu la chance de rencontrer Delphine qui s’est proposée de poser pour moi en tant que modèle, le temps d’une séance portraits très classiques à Lille. Delphine n’est pas seulement modèle, elle est aussi comédienne et n’a eu aucune difficulté à jouer devant mon objectif. Delphine est très à l’aise. En une heure, l’affaire était bouclée. La séance s’est déroulée dans d’excellentes conditions de lumière. J’ai travaillé avec une pellicule Kodak BW400CN.

Matériel utilisé : Canon EOS 3 et zoom Canon EF 70-200 F4 L USM.

Repérages

Photo vintage facile avec quel appareil ?

Je pars à la recherche de lieux intéressants qui pourraient faire l’objet de scènes pour les prochaines séances photo. L’idéal serait de pouvoir choisir un endroit correspondant au style ou la personnalité de chaque modèle. Ce n’est pas toujours évident et il faut éviter de tomber systématiquement dans les clichés du genre " jeune femme romantique dans un décor idyllique ". Il n’est pas interdit de casser les codes. Alors je prends des notes et j’essaie d’imaginer l’ambiance en noir et blanc. Parfois, c’est le lieu même qui m’inspire et me donne envie de travailler sur tel ou tel thème. En ce moment, mes repérages se font surtout en milieu urbain mais avec l’automne qui approche je vais commencer à explorer les espaces naturels. Une fois les endroits repérés, je ferai appel à de nouveaux modèles qui auront envie de participer à une séance sur le thème de l’automne. Pour moi, les lieux où les portraits vont être réalisés ont beaucoup d’importance et doivent servir le modèle.

Dernier scan argentique : la Kodak TMAX 100

TMAX100

Il me fallait une dernière vue pour terminer la pellicule de 36 poses logée dans le Mju II. La cathédrale de la Treille avec son portail sculpté mis en valeur grâce au jeu des ombres était un bon choix . J’aime beaucoup utiliser la Kodak TMAX 100 quand le soleil est bien présent. Les contrastes sont beaux. Les nuances de gris sur la pierre sont bien restituées. Cette pellicule convient parfaitement à la photographie d’architecture. Elle offre des détails fins. C’est un réel plaisir de la numériser.

Photographies noir et blanc : intérieur ou extérieur ?

tearoom

Photographie noir et blanc argentique

 

La lumière est désastreuse depuis ce matin. Je ne suis pas du genre à réclamer systématiquement un rayon de soleil quand je pars photographier en extérieur. On fait de très bonnes photos par temps couvert. D’ailleurs, j’apprécie la lumière diffuse pour les portraits. Le rendu est plus doux. Mais ici, tout est d’un gris maussade. À tel point que je me demande si je ne devrais pas plutôt rester à l’intérieur aujourd’hui. Un salon de thé pourrait faire l’affaire.

Reprise des séances portraits en noir et blanc argentique à Lille

Photographe lillois style retro noir et blanc modèles femmes et hommes

Séance portraits rétro à Lille – Modèle : Tarika

Lundi dernier, c’était la rentrée pour moi aussi. L’activité portraits a débuté avec Tarika, passionnée par le style rétro. Nous nous sommes mis d’accord sur une série de portraits en noir et blanc classique, dans le centre du Vieux Lille. La séance n’a duré qu’une heure. Je n’ai utilisé qu’un seul objectif avec l’EOS 3 : le 50 mm. En temps normal et vu les conditions de lumières plutôt favorables, j’aurais utilisé de la Kodak TMAX 100. Exceptionnellement, j’ai choisi de travailler avec la Kodak BW400CN par nostalgie.

Tarika 1

BW400CN - 018

BW400CN - 016

BW400CN - 027

Photographes de l’ombre

Nous, photographes anonymes, espérons sortir de l’ombre un jour. Nous ne connaîtrons certainement jamais la gloire et ce n’est pas très important mais parfois nous attendons juste un peu de reconnaissance de la part des autres. Nous poursuivons quand même inlassablement notre quête de la bonne image, celle qui fera plaisir à notre commanditaire, celle dont nous pourront être fiers parce que nous sommes des passionnés. Nous travaillons d’arrache-pied afin d’améliorer notre écriture. Le langage de la lumière n’est pas toujours facile à traduire en image mais notre volonté et notre envie nous poussent à faire toujours mieux.  Malheureusement, nos créations ne sont pas forcément compréhensibles ou acceptées par tous. Il faut parfois savoir accepter la critique et ne pas baisser les bras. Alors, en attendant d’être reconnus, nous continuons à photographier dans l’ombre.

Photographe-de-l-ombre-TMAX100-026

Photographe-de-l-ombre-TMAX100- 049

Photographe-de-l-ombre-TMAX100-058

Photographe-de-l-ombre-TMAX100-025

Photographe-de-l-ombre-TMAX100-045

Photographies argentiques – Pellicules Kodak TMAX et reflex Canon EOS 30v

 

La Kodak BW400CN va disparaître

usine BW400CN

Pellicule Kodak BW400CN

Je suis triste. La pellicule Kodak  BW400CN va disparaître. C’est encore un précieux film argentique en moins dans la gamme du noir et blanc. Apparemment, la demande n’est pas assez forte pour soutenir la production. C’est un négatif que j’apprécie beaucoup pour ses noirs profonds et son absence de grain visible, assez unique dans la catégorie des 400 ISO. Le gros avantage de ce négatif, un peu à part, est que l’on peut s’adresser au laboratoire photo du coin lorsqu’on a besoin d’un développement rapide. En effet, la Kodak BW400CN se développe comme un négatif couleur. Je l’utilisais plus souvent quand je vivais en Écosse. J’aimais bien photographier les paysages avec un fort contraste. Dans les rues de Glasgow, je chargeais le reflex Canon avec la BW400CN pour photographier aussi bien les scènes de rue que l’intérieur des bâtiments et des musés. J’ai toujours eu des images bien nettes et un beau noir et blanc grâce à ce film. J’ai décidé d’en commander un lot avant qu’il ne disparaisse. Je ferai certainement une série de portraits avec, une manière pour moi de lui faire mes adieux.

Mon Olympus me manque

Olympus OM 2000 - Zuiko 35 mm - Kodak Tri-X 400

Si j’avais su, je ne me serais jamais séparé de ce 24 x 36 argentique. Il rendait bien des services. Léger, petit, facile à manier, je pouvais l’utiliser tel un compact avec l’avantage d’un vrai viseur. Dans la besace, il ne prenait pas de place et je pouvais l’emporter partout sans être encombré. J’aimais bien utiliser la Rollei Retro et la Kodak Tri-X avec l’Olympus. Oh, ce n’était pas le meilleur des appareils photo argentique. Il était bruyant et l’accrochage de la bobine avait tendance à m’énerver mais j’ai pu réaliser de bonnes photos grâce à lui. J’avais décidé de mettre en vente tout le vieux matériel soi-disant pour faire un peu de place dans les placards et récupérer un peu d’argent pour investir dans d’autres accessoires photo. Finalement ce n’était pas une bonne idée. J’ai encore la sensation du toucher quand je le tenais dans les mains. C’est toujours pareil quand on se débarrasse de son vieux matériel, on le regrette amèrement un jour ou l’autre.

Laissons faire l’appareil photo

Lever de soleil - Photo couleur argentique scannée - Ancien appareil photo Pentax avec 50 mm

Pentax P30t – Pellicule Fuji Superia 100 ISO

 

La photographie, ce n’est pas très compliqué. Il suffit d’appuyer sur le déclencheur au bon moment et l’appareil s’occupe du reste. Ce n’est pas la même histoire avec les autres disciplines artistiques. Oh bien sûr, il faut savoir repérer les situations délicates et anticiper les problèmes d’exposition mais nul besoin d’être un surdoué pour obtenir une bonne photo. La seule chose à faire est de choisir un cadre, éventuellement un point de vue si on a la possibilité de se baisser ou de se déplacer. Le sujet et la lumière sont primordiaux. Grâce à la technologie avancée du numérique, l’image se forme toute seule. Faîtes un peu confiance à votre appareil photo. N’essayez pas de lui imposer un réglage manuel parce que cela vous semble pertinent. Il est suffisamment intelligent pour analyser la situation. Un appareil argentique aussi basique que le Pentax P30t sait le faire, alors pourquoi pas votre numérique ?