Séance photo avec Léa – Série en noir et blanc classique à Lille

Portrait noir et blanc classique modèle féminin - Lille

Avec Léa, nous nous sommes rendu au Palais Rameau à Lille pour une séance photo en noir et blanc. On s’est mis d’accord sur une série de portraits très classiques. Je voulais éviter l’esprit fashion que l’on voit de plus en plus sur le net. J’ai demandé à Léa de poser le plus naturellement possible en essayant de penser à quelque chose de personnel et d’oublier ma présence.
Cette fois, je suis revenu à la Kodak TMAX. C’est l’une de mes pellicules préférée en portrait.

 

Modèle féminin - book photo - Lille - prises de vues en extérieur

Photographe portraitiste à Lille - Noir et blanc rétro

Derniers rayons de soleil en couleur argentique

Séance photo avec modèle féminin - Lille photographe argentique - Book modèles et portraits de familles - Kodak Portra Delphine

Pellicule Kodak Portra 160 – Canon EOS 3 – Objectif Canon EF 70-200 F4 L USM

J’ai senti qu’il fallait profiter des rayons du soleil ce matin. Je me suis dit que ce serait peut-être la dernière occasion pour faire de la couleur argentique avant de retomber dans la grisaille du Nord. J’aurais aimé faire plus tellement la lumière était belle. Mais je me suis contenté de quelques prises de vues au parc de Wervicq Sud. La pellicule couleur n’est pas terminée, je n’aime pas ça. Il y a de fortes chances que je la retire ce soir du boîtier pour la remplacer par un négatif noir et blanc. ( Je préfère le noir et blanc pour les scènes de nuit ). Je pourrai reprendre plus tard, là où je me suis arrêté, c’est à dire à la onzième vue. Mais je me connais, je vais encore laisser le film couleur en suspens pendant plusieurs jours voire des semaines et oublier le travail que j’ai commencé. J’inscris pourtant une note sur les pellicules non finies avec le numéro de la dernière vue mais rien n’y fait, j’oublie. Je n’ai pas de tête comme le disait ma chère mère.

Photographe de rue pas très courageux

TMAX100 - 045

Je n’ai aucune séance portrait, ni film à numériser, ni de cours photo au programme de ce mercredi, je pourrais en profiter pour m’évader un peu et reprendre la photo de rue. Mais il pleut, je n’ai pas le courage d’affronter l’humidité aujourd’hui.

C’est pourtant le conseil que je prodigue aux membres du club photo. D’ailleurs, je devrais dire : « Quelle chance ! Il pleut ! ». C’est l’occasion de diversifier ses images et de figer sur la pellicule ( ou le capteur) cette ambiance sombre typique de l’automne. Lorsque la pluie s’invite, on devrait profiter des flaques d’eau pour travailler les reflets et capter les brillances sur les pavés. Sans oublier qu’avec un peu de chance, on peut se retrouver face à des scènes dynamiques comme les passants luttant contre le vent avec des chapeaux et des parapluies qui s’envolent. C’est aussi le bon moment de s’entraîner aux vitesses lentes. J’adore les images noires et légèrement floues.

En termes de photo, l’automne est la saison idéale pour moi mais pour aujourd’hui, c’est un peu raté. C’est promis, la prochaine fois, j’irai affronter les intempéries comme un grand.

36 vues pour un portrait

Jeune femme blonde yeux bleus photographiée au 50 mm avec faible profondeur de champ - Pellicule utilisée Kodak Portra 160 - Comment réaliser un portrait au 50 mm ?

Pellicule Kodak Portra 160

C’est difficile de choisir une seule photo sur 36 vues. Parmi les portraits qui attirent mon regard au premier coup d’œil, juste après numérisation de la pellicule, il y a ceux qui me semblent plus réussis que les autres sur le plan technique. En général, ma première réaction est celle du photographe satisfait de son travail et qui se félicite des choix techniques sans vraiment prêter attention à la personne photographiée. Après plusieurs visionnages dans le catalogueur d’Adobe, je me rends compte des détails gênants, de poses pas très naturelles, des expressions du visage peu flatteuses, de la présence d’ombres disgracieuses, d’une mèche mal placée, d’un mauvais pli sur un chemisier ou une étiquette dans un chapeau,  etc …

Je finis par mettre de côté plusieurs bonnes photos pour mettre en avant celles qui font honneur au modèle en regrettant de ne pas avoir appliqué la bonne méthode à chacune des prises. 36 vues, c’est peu et c’est beaucoup en même temps. Plus on multiplie les prises de vues, plus on se laisse aller dans des exercices compliqués et in fine peu intéressants. Enfin, c’est mon cas. L’important serait de rester simple d’un bout à l’autre de la séance et de prendre le temps d’observer avant de déclencher. Ce n’est pas évident de remarquer chaque petit défaut quand on est sur le terrain. L’idéal serait d’être assisté par une femme. Les femmes sont plus observatrices que les hommes, surtout en ce qui concerne l’apparence.

En fait, je devrais m’imposer une série de trois photos seulement. Cela m’obligerait à me concentrer plus sérieusement sur les détails.

Planche Contact Julie - Kodak Portra 160

C’était au temps de l’argentique… Une vraie loterie…

Scan argentique N&B

Scan argentique – Pellicule Kodak TMAX 100

 D’abord, on aurait pu me prévenir que la photo argentique était révolue. Et moi qui continue à photographier avec de la pellicule et on ne me dit rien.

Je viens de lire un « Twitt » :  » C’était au temps de l’argentique… Une vraie loterie… ». Je me suis senti ringardisé en un instant. L’argentique, c’est du passé. Il faut que je réagisse, que je me mette à la page.

C’est vrai qu’en argentique, les résultats sont plutôt aléatoires. Comment peux-tu être sûr de ne pas avoir raté toute une série de photos ? Impossible à vérifier ! Tu ne peux pas visualiser ton travail, c’est assez Rock’n Roll, non ? En fait, tu appuies sur le déclencheur mais te ne sais pas comment la photo a été prise, il n’y a même pas d’exifs, Mdr. C’est un coup de bol si tu récupères une image à peu près correcte. L’argentique, c’est une question de chance.

Avec son Nikon D5100, Jacques peut facilement réaliser 200 prises en une heure. Grâce aux cartes mémoires à grande capacité et surtout grâce à la gratuité du numérique, on peut espérer en sélectionner au moins une ou trois photos sur les 200 ou 300 déclenchements. Et puis le reste, on le rattrape avec Lightroom. Comme le dit souvent Jacques : « En shootant à mort, tu assures ». La photo argentique, c’est une vraie loterie.

Finalement, je me rends compte que j’ai toujours eu de la chance. Sur 36 vues, j’en retiens en général une quinzaine. Les photos ratées à cause d’une erreur d’exposition sont plutôt rares. Mais ça, c’est parce que j’ai un bon appareil.

Ceci n’est pas une image Instagram

Portrait dans la rue - Lille - Kodak Portra

J’ai rencontré Carolane et Guillaume à Lille. Ce jeune couple a accepté d’être photographié dans la rue. Le petit chien a bien voulu poser aussi. J’ai utilisé de la Kodak Portra 160. Quant au matériel, j’ai pris le strict minimum : un boîtier, un objectif.
Ne venez pas me dire que j’ai voulu imiter le style des images Instagram. Rien ne m’agace plus que ce genre de réflexion. Il s’agit bien de photographie argentique. Sauf qu’en couleur, de plus en plus, j’essaie de m’éloigner de la brillance de la photo numérique. Disons que je suis nostalgique de l’aspect mat des tirages argentiques.

Kodak Portra 160
Je n’étais pas satisfait du résultat des premiers scans, surtout au niveau du rendu des couleurs. Elles étaient trop vives, trop éclatantes. Ce n’est pas ce que je voulais. C’était pourtant prévisible. La lumière forte du début d’après-midi a renforcé la vibrance des couleurs. Pour donner un aspect mat aux couleurs, j’ai dû faire un nouveau passage au scanner en limitant au maximum les corrections automatiques. J’ai surtout réduit les contrastes. Heureusement, la pellicule avait bien enregistré un maximum d’informations dans les hautes et les basses lumières. Il suffisait de respecter les courbes de niveaux, c’est tout. Le recours à Photoshop n’était pas utile.

Où est passée la lumière ?

Pellicule Kodak Tri-X  400

Pellicule Kodak Tri-X 400

La prochaine séance photo va être délicate côté lumière. Ce sera encore une fois en extérieur. Un couple de jeunes mariés m’a demandé de réaliser des portraits en noir et blanc. Je leur ai proposé le jardin du château. Malheureusement, le ciel devrait rester couvert toute la journée. La lumière n’est pas aussi intéressante qu’en septembre. Les contrastes sont moins présents. Il faudra peut-être recréer cette lumière qui fait défaut mais je n’aime pas beaucoup l’effet du flash. Le rendu n’est pas naturel à moins de travailler avec des parapluies ou une softbox pour adoucir la lumière souvent trop dure. Cela reste tout de même un peu artificiel à mon goût, surtout en extérieur.

Encore de la photo de rue ?

Cours photo de rue - Apprendre à shooter dans la rue en noir et blanc

Je n’ai malheureusement plus beaucoup de temps à consacrer à la photo de rue. Mais quand je me déplace à pied, j’aime avoir avec moi un petit 24×36 et de la Kodak Tri-X. On ne sait jamais. Par contre, j’ai tendance à me perdre dans mes pensées en ce moment. Du coup, je passe à côté de scènes photographiquement intéressantes. Je m’en aperçois trop tard. Avoir un appareil photo constamment avec soi, c’est une bonne chose, encore faut-il rester attentif. Je ne sais pas si je vais encore pratiquer la photo de rue de façon intensive comme avant. C’est un thème qui me plaît mais qui demande pas mal d’investissement personnel. Actuellement, je suis pris par les portraits et c’est difficile de jongler entre ces deux activités.

Apprendre la photo chez soi avec un Canon EOS 1100D

Partie d'échecs

Il est possible d’apprendre la photo chez soi, tranquillement. Il suffit de s’entraîner avec quelques exercices simples et pratiques. Prenons la profondeur de champ par exemple :

Choisissez un ou des objets à photographier en gros plan, des objets que vous disposerez de façon aléatoire sur une table. Posez votre reflex numérique sur la table à environ 50 cm de votre sujet et zoomez au maximum. Pour que l’effet flou/net soit visible, l’appareil photo doit être très proche.

Positionnez le sélecteur mode de prise de vue sur AV ( sur le Canon EOS 1100D ). Ce mode permet de contrôler la profondeur de champ. Tournez la molette jusqu’à obtenir une valeur d’ouverture du genre F3,5 ou F4,5. Plus le chiffre est petit et plus la zone de netteté sera courte.

Choisissez le collimateur central ( le petit point rouge qui apparaît dans le viseur et qui vous aide à faire la mise au point de manière automatique. ) et faites la netteté sur l’un des objets situé au premier plan et prenez une photo. Vous remarquerez que l’arrière-plan s’estompe et devient de plus en plus flou.

Recommencez en faisant la mise au point sur un objet plus éloigné et en plaçant un objet très proche de l’objectif sans gêner le collimateur central. Prenez la photo. Cette fois, vous verrez l’objet en premier plan complètement flou et la partie centrale de l’image bien nette. Une fois que vous avez assimilé le principe, vous pourrez l’appliquer à d’autres sujets comme le portrait par exemple. Voilà, à vous de jouer.

Cours photo individuels et à domicile

Séance photo en noir et blanc avec Alex – Lille Palais des Beaux Arts

Séance portrait dans la rue

Cela fait un mois que j’ai commencé cette série de portraits dans la rue et je ne m’en lasse pas. Je rencontre des gens totalement différents et à chaque fois fort intéressants. Pour Alex, j’avais choisi le Palais des Beaux Arts de Lille comme cadre. C’était un samedi, la place de la République était envahie de monde. Des étudiants en blouse fêtaient bruyamment leur rentrée. Nous nous sommes donc mis à l’écart. Je me suis servi du 50 mm, ma focale fétiche. Avec cet objectif, je peux continuer à discuter avec la personne que je photographie tout en gardant l’œil au viseur. Avec Alex le courant est vite passé. Je sentais qu’elle portait une attention toute particulière à  la photographie en noir et blanc. Kodak BW400CN – Canon EOS 3.

BW400CN - 218

BW400CN - 225

BW400CN - 217

BW400CN - 214

BW400CN - 216

BW400CN - 212

BW400CN - 213

BW400CN - 226

BW400CN - 248

Avant shooting

Photographe noir et blanc - Nord 59 - Lille book  - modèle - TMAX 100

Avant le démarrage de chaque séance photo, je fais une mise au point avec les modèles. Je leur précise que je ne fais pas dans le fashion ni le glamour. J’essaie simplement de photographier les gens tel qu’ils sont ou ce qu’ils veulent bien montrer d’eux. Je leur demande de rester naturel. Les poses restent classiques. Le sourire n’est pas obligatoire, d’ailleurs je n’impose rien. Je propose, c’est tout. Je dirige à peine, sauf celles et ceux qui n’ont pas l’habitude de poser. Le fait de discuter un peu avant de commencer le shooting me permet de déceler la personnalité de chacun. J’essaie surtout d’établir une relation de confiance dès le début. pour moi, c’est très important. Les modèles doivent tout de même signer une autorisation de publication.

Cours photo : les différents modes de mesure de la lumière

entrée du château

Ce soir au club photo, j’entame une nouvelle session de formation avec pour thème les modes de mesure de la lumière. Chacun sait que la photographie s’écrit avec la lumière et bien exposer c’est déjà une première étape dans l’apprentissage de la photo. Je vais parler bien sûr des reflex numériques Nikon et Canon principalement. Je sais que dans mon groupe, il y aura du Nikon D5200 et D3100, du Canon EOS 1200D et 500D et aussi du Pentax K200. Mais dans l’ensemble, le principe reste le même quelque soit la marque de l’appareil. Les débutants apprendront à se familiariser avec la mesure sélective, à prépondérance centrale, matricielle ou évaluative et évidemment la mesure spot pour ceux qui en sont équipés. J’ai prévu une série d’images en guise d’exemple. Ils devront proposer un mode de mesure adéquat. Ensuite, ils passeront à la pratique et testeront les différentes possibilités de mesurer la lumière.

Si vous souhaitez nous rejoindre, n’hésitez pas à me contacter. Le club accueille les débutants et les plus expérimentés de tout âge.

Photo club ESCOBECQUES

Séance photo avec Valéry

BW400CN - 199

Valéry, une étudiante originaire d’Argentine, m’a contacté parce qu’elle tenait à faire une série de portraits en noir et blanc. La séance s’est déroulée dans le centre de Lille. La luminosité était forte. Il fallait éviter les contrastes excessifs. Nous sommes restés à l’ombre la plupart du temps. Cela permet d’obtenir un rendu assez doux avec la Kodak BW400CN. De plus, je n’avais pas emporté de réflecteur pour contrebalancer la lumière. Je n’ai pas cherché d’effets en particulier. D’ailleurs je n’ai utilisé que le 50 mm.

BW400CN - 194
BW400CN - 182

BW400CN - 188

BW400CN - 204

J’aime aussi la couleur argentique

Kodak Portra

Séance portrait avec Delphine dans le parc Vauban à Lille

Je refais un peu plus de couleur en ce moment. Si je ne veux pas être catalogué comme photographe intéressé uniquement par le noir et blanc, il est nécessaire que je publie de temps en temps une série en couleur. Alors, je photographie les modèles aussi avec de la Kodak Portra. C’est la pellicule que je préfère pour le portrait couleur. Il faut dire qu’actuellement, la lumière est superbe et que j’aurais tort de me priver de ces belles couleurs à l’approche de l’automne.

Puisque l’on me pose la question, le matériel utilisé est le même que pour les photos en noir et blanc argentique. Ici en l’occurrence, il s’agit d’un objectif Canon EF 70-200 F4 L USM monté sur le Canon EOS 3.

Quelle tonalité choisir en noir et blanc ?

Monument aux morts - photo noir et blanc argentique - Vimy

Avant d’arriver sur le site de Vimy dans le Pas-de-Calais, un mémorial dédié aux soldats canadiens morts pendant la Première Guerre mondiale, j’avais l’intention de faire des photos très lumineuses. Il faisait vraiment très beau ce jour-là. Le ciel était clair. Je voulais retranscrire cette blancheur presque immaculée. Le soleil frappait le monument gigantesque avec force, à tel point qu’il était difficile d’observer la pierre blanche sans lunettes de soleil. Sur les marches, j’étais littéralement ébloui. J’avais prévu de la Kodak TMAX en 100 ISO, une pellicule appropriée pour ce type de scène, donc pas de souci de ce côté. Pour conserver cet éclat, il fallait être vigilant quant à l’exposition. Quand la pierre renvoie autant de lumière, la cellule est complètement à côté de la plaque. J’ai donc surexposé fortement.

TMAX100

 

Quand j’ai récupéré le négatif, j’étais moins convaincu par le rendu très lumineux. Toute la série autour du monument de Vimy était banale. Cela ressemblait exactement aux cartes postales que l’on trouve partout. Alors j’ai complètement revu ma façon de traiter le film. Je n’ai pas conservé la forte luminosité. J’ai basculé l’ensemble dans une tonalité de gris plus lourde. Mais pour en arriver là, j’ai dû numériser le film en sous exposition et augmenter la densité des gris moyens et foncés. Finalement, je préfère ce style d’image. Théoriquement, il faudrait décider d’un rendu sur le terrain et choisir le ton que l’on va donner aux photos dès la prise de vue. Mais là, j’ai fait l’inverse en corrigeant l’aspect en post-traitement. Mon idée de départ n’était pas la bonne. La prochaine fois, je penserai à varier l’exposition.

TMAX100

TMAX100 -

TMAX100

Rollei Rollei - 064Rollei -